Regroupe trois villages: GIGEAN, POUSSAN et MONTBAZIN
Père Bogdan LESKO, curé.

ANNONCES DU 13 au 21 AVRIL 2024

(Historique de l'agenda)

« La loi euthanasie belge n’a pas tenu ses promesses » 7 FÉV, 2023

https://www.genethique.org/la-loi-euthanasie-belge-na-pas-tenu-ses-promesses/

 Le professeur Timothy Devos est médecin interniste-hématologue aux Hôpitaux universitaires de Louvain (UZ Leuven) et professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Louvain (KU Leuven). Il a dirigé l’ouvrage Euthanasie, l’envers du décor, Réflexions et expériences de soignants, paru aux éditions Mols, « Autres regards ». Il est venu témoigner de la situation en Belgique lors de la 17e Marche pour la vie. Gènéthique reproduit son intervention.

Vous savez que la loi euthanasie a été votée il y a 20 ans dans mon pays. A cette époque, un des arguments principaux pour convaincre les politiciens et la population était que la loi apporterait la transparence nécessaire car il y avait beaucoup d’euthanasies cachées. Je peux vous dire que la loi euthanasie belge n’a pas tenu ses promesses : aujourd’hui on estime qu’une euthanasie sur trois n’est pas déclarée en Belgique.

On nous disait aussi que le contrôle sur la loi serait strict et effectif. Mais aujourd’hui les Belges constatent que le contrôle a posteriori par la Commission de contrôle de l’euthanasie est inopérant, et sans garantie d’indépendance. En atteste la récente condamnation de l’Etat belge par la Cour européenne des droits de l’homme en raison de la violation du droit à la vie d’une patiente euthanasiée pour dépression (cf. Euthanasie : Une première condamnation de la Belgique par une juridiction internationale). Ceux qui réfèrent à cette loi comme un modèle se trompent (cf. L’euthanasie en Belgique, ou le véritable contre-modèle à proscrire).

« L’euthanasie et les soins palliatifs ne sont pas compatibles »

On nous disait aussi, au moment du vote de la loi en 2002, que les soignants en soins palliatifs ne devaient pas s’inquiéter parce que les soins palliatifs et la pratique de l’euthanasie iraient parfaitement ensemble. Mais les faits montrent aujourd’hui que l’euthanasie et les soins palliatifs ne sont pas compatibles (cf. Ne dévoyons pas les soins palliatifs).

Vu l’attention excessive pour les cas d’euthanasies dans les médias, les soins palliatifs sont largement méconnus. Ils sont même vus par certains comme un obstacle à l’euthanasie, de plus en plus souvent considérée comme la norme de « la bonne mort », ceci au nom du nouveau dogme de l’autonomie. Il y a bel et bien un « envers du décor » de la loi euthanasie en Belgique, lié au changement de mentalité très rapide dans la société, induit par cette loi.

« L’euthanasie n’est pas du tout exceptionnelle »

Il y a 20 ans, on nous répétait que l’euthanasie serait seulement exceptionnellement appliquée, en cas d’extrême souffrance physique non-contrôlable. Vous entendez très probablement le même argument dans le débat actuel en France. Les faits actuels prouvent que cet argument est faux. L’euthanasie n’est pas du tout exceptionnelle, et le nombre augmente chaque année (cf. Belgique : les euthanasies en hausse de 10,4% en 2021). La part des euthanasies dans un contexte où la mort n’est pas attendue à brève échéance est passée de 9% des cas en 2010 à 16% en 2021. Le pourcentage de personnes âgées de plus de 80 ans est passé de 26% en 2010 à 40% en 2021. Cela m’inquiète vraiment.

Au moment que des personnes, atteintes à la fois de maladies et de vieillesse, demandent à un médecin de « terminer leur vie » à cause de leur dépendance, de leur isolement social ou à cause du sentiment d’être un poids pour les autres, je dis « non » ! Comme médecin, je ne me sens pas appelé à leur offrir la mort comme solution (cf. Euthanasie en Belgique : de l’acte exceptionnel à la banalisation). Pour moi, leur demande est plutôt un appel à les entourer de plus d’attention et d’amour et à soulager leurs souffrances. C’est pour cela que je suis devenu médecin. « Guérir parfois, soulager souvent, consoler toujours » !

« En même temps, je suis confiant »

Je m’inquiète chaque fois qu’une loi euthanasie est votée. Je m’inquiète que la mort remplace de plus en plus les soins, et que l’autonomie remplace de plus en plus la solidarité.

Mais en même temps, je suis confiant. Tant que je vois la résilience de mes patients (et je peux vous dire que j’en suis témoin tous les jours). Tant que je vois des familles qui se donnent beaucoup de peine pour bien entourer un membre de la famille malade ou âgé. Tant que je vois les soignants en soins palliatifs se donner entièrement pour offrir une dignité à des personnes en fin de vie. Tant que je vois des jeunes se mobiliser pour la protection des vies des personnes les plus vulnérables et pour une société plus chaleureuse et solidaire.